Tout a commencé...

Quand nous avons accueilli nos quatre premières brebis à la maison en 2014. Leur mission : entretenir une pâture, nous donner de la laine et simplement pour le plaisir de leur présence !

Depuis, nous avons créé une association pour faire connaître et valoriser cette fibre unique. Aujourd'hui, nous avons 16 moutons, une chèvre, et le troupeau s’agrandit doucement. Nous castrons nos jeunes agneaux afin de pouvoir garder tous nos animaux.

 

A l'heure actuelle, quoi de plus logique que de se tourner vers un produit local, sain qui peut aider un éleveur, un artisan, et pourquoi pas toute une filière en France plutôt que de continuer à consommer des produits dangereux pour la santé, à fort impact carbone, et fabriqués dans des usines ne respectant les conditions de travail. Nous sommes convaincus des incroyables qualités et capacités de la laine dans de nombreux domaines, qui vont bien au delà de l'habillement auquel on la cantonne par méconnaissance. L'épuisement des ressources fossiles, et l'aggravation du réchauffement climatique, vont nous forcer à consommer de manière plus écologique, et plus sociale, plus responsable et plus humaine. Prenons de l'avance, changeons avant qu'on ne nous l'impose, soutenons les commerces équitables, les produits locaux et les circuits courts. A long terme, tout le monde y gagnera.

 


Le travail de la laine

le tri de la laine

Nous trions la laine que nous récupérons chez nos amis éleveurs et ajoutons celle de nos moutons pour compléter. Chez certains éleveurs nous pouvons être présent le jour de la tonte, ce qui facilite la tache. D'autres éleveurs tondent eux-même leurs moutons au fur et mesure. Nous récupérons l'ensemble de la laine tondue. Le tri est alors plus long et difficile.

le lavage

Nous lavons ensuite la laine en Bretagne par lots en fonction des couleurs et de l'utilisation que l'on va en faire. Une partie ira en filature et une autre servira à réaliser des plaques de feutres dans lesquelles nous ferrons de la confection. La laine sera ensuite mise à sécher dans les grands tiroirs d'un séchoir. Les plaques de feutres seront faites sur place.

le feutre

Nous feutrons entièrement à la main ( parfois à quatre mains) les toisons et autres articles comme les protèges bouillottes. Le matériel de feutrage est simple : de l'eau chaude, du savons de Marseille et beaucoup d’huile de coude ! Le feutrage est fait à la belle saison, car sans atelier véritable, impossible de feutrer dehors en hiver...

la confection

C'est sur une ancienne machine à coudre Singer à pédale que nous cousons, les gigoteuses, toques et autres articles, découpés dans les grandes plaques de feutre que nous faisons faire par un artisan. L'épaisseur du feutre nécessite des machines anciennes, et c'est un véritable bonheur (quand on a pris le plis) de coudre en silence et sans énergie !